Phnom Penh, Kampot et Kep sur Mer … du bonheur!

Arrivée sous la chaleur écrasante de Phnom Penh, toujours avec Paul.

Pour ne pas changer la première mission est de trouver une guesthouse. Après examen plus approfondi du plan du routard on est certain de ne pas être très loin de la guesthouse qu’on avait repéré alors on décide de se passer de ces voleurs de tuk tuk et d’y aller à pieds. Ben on n’a pas fait les malins bien longtemps. On a juste réussi à se perdre et tourner en rond pendant je ne sais combien de temps. Avec les 40° ambiants et les énormes sacs à dos on a qu’une hâte c’est d’arriver au plus vite et prendre une douche ! On trouve enfin la Spring Guesthouse. Chambres propres, prix tout à fait raisonnable pour la capitale. Le seul truc c’est qu’on est un peu éloignés des cafés et restaurants mais on se débrouille pour trouver de petits resto locaux sympa à proximité.

Le premier soir on est tombé sur un resto de rue avec des serveuses en minijupe et maquillées comme des bimbo. Les garçons se sont tout de suite sentis beaucoup trop fatigués pour aller voir ailleurs ! On se pose donc dans ce boui boui crasseux (car les cambodgiens et les chinois jettent tout par terre. Les 50 serviettes en papier, la nourriture…tout finit au sol. Je ne vous explique pas l’état des resto une fois que certaines tables ont fini leur repas !). On choisit un plat un peu au pif sur le menu (comme c’est pour les locaux il n’y a pas de photos !). Dav a joué la carte de la sécurité en commandant un riz frit. Moi, comme je vous l’ai déjà expliqué précédemment le riz me sort par les trous de nez donc je tente un plat de viande. On me sert 5 morceaux de viande gros comme mon petit doigt et secs au point de s’en casser les dents. Bon Appétit !

S’ajoute à ça les étudiants de la table d’à côté qui comme à leur habitude ici boivent des litres de bières en un temps record et finissent malades et à moitié inconscient. On a donc eu le plaisir d’assister au vomi d’un de ces garçon, qui, tellement bourré s’est rendu dessus et a éclaboussé toute la table. Mais bon ici ça ne choque personne semble –t-il. Les autres ont continué à boire autour du vomi et une fois partis la serveuse a juste fait un petit mont avec les papiers qui trainaient par terre histoire d’éponger un peu. Après ça j’avoue que l’appétit nous est un peu passé ! Mais bon…autre culture, autres mœurs !

Les jours qui suivent on se balade, on visite la ville et on a un nouveau défi : ne pas payer un trajet simple en tuk tuk plus de 1,50 dollars. La ville regorge tellement de tuk tuk qu’après quelques secondes de négociations on trouvait finalement super facilement. Au bout de plusieurs jours les tuk tuk près de notre hôtel nous avaient repérés et on n’avait même plus besoin de négocier !

Outre les visites de monuments principaux de la ville nous nous sommes rendus au musée Tuol Sleng appelé aussi S-21. Du temps des Khmers rouges cette école a été transformée en centre de détention (le plus connu mais aussi le plus difficile de cette époque) et est aujourd’hui un musée où on explique ce qui s’est passé à cette époque mais également ce qui s’est passé dans ces lieux. Les salles de torture et les boxes d’isolement sont restés en l’état. De nombreuses photos jonchent les murs car les Khmers rouges avaient la cruelle habitude de prendre en photo les détenus à leur arrivée puis à leur mort. Sur les milliers de personne qui sont passés par ce centre seuls 7 en sont sortis vivants. Parmi les tortionnaires accusés de crime de guerre, de génocide etc seuls quelques uns ont réellement fini en prison. Lorsqu’on entre dans ces lieux le silence se fait systématiquement. Ces lieux sont chargés d’histoires sombres qui glacent le sang.

 

IMG_1926

IMG_1927

 

David en est ressorti un peu écœuré par la répétition des photos glauques qu’on retrouve tout au long de la visite. En ce qui me concerne j’ai trouvé ce musée très intéressant bien que parfois choquant (difficile d’éviter ce sentiment lorsque l’on sait ce qui s’y est passé). Une partie du musée est consacrée au témoignage d’anciens gardes de cette prison. Ces témoignages nous apprennent donc que des Cambodgiens, au péril de leur vie, ont été forcés de devenir gardes et de participer aux actes de tortures qui ont eu lieu au S-21. Ils expliquent que certains ont été jugés et ont fait de la prison alors que les tortionnaires dirigeants ont pu y échapper. Ils expliquent aussi comment à présent ils vivent au milieu de la population, au sein de leur famille avec ce passé si lourd à porter. Comment ils ont été forcé d’exécuter des actes barbares afin d’échapper à leur propre mort. Ça pose un cas de conscience et amène à réfléchir aux choix que nous serions amenés à faire lors de telles circonstances (j’ai d’ailleurs lu un livre plus tard pendant le voyage traitant du même sujet mais dans les camps en Pologne. Si vous avez l’occasion, il s’intitule Le liseur).

 

Le plan initial était de rester 3/4 jours à Phnom Penh puis partir passer notre diplôme de plongée à Sihanoukville et terminer par Kep et Kampot sur la côte sud/est du Cambodge. Mais comme souvent quand on voyage, tout ne se passe pas comme on l’avait prévu.

Comme nous sommes super prévoyant nous avons voulu profiter du fait d’être dans une capitale pour faire nos visas pour l’inde qui sont apparemment galère à obtenir : On ne nous avait pas menti. En allant sur internet on découvre qu’il faut tout d’abord prendre un rendez-vous à l’ambassade via internet. Rendez-vous pris mais il n’est que dans 3 jours ! Ca nous fait rester 3 jours de plus dans cette capitale où il faut le dire il n’y a pas tant de choses à faire. Trois jours plus tard nous arrivons à l’ambassade en stress. On a galéré à imprimer les documents, il nous manque des photocopies on n’a pas l’argent nécessaire pour payer les visas et notre tuk tuk en plus de ne pas connaitre la route tombe en panne tous les 100mètres !

Une fois à l’ambassade le gentil monsieur de l’accueil veut bien imprimer nos formulaires qui sont sur la clé usb et pendant ce temps David va faire les photocopies manquantes. Il faut par tous les moyens qu’on réussisse à réunir tous les documents car on n’a pas envie de rester plus longtemps à Phnom Penh. Heureusement il y a du monde devant nous donc David part à la recherche d’une banque mais sans grand succès. Au bout de la troisième fois qu’il fait l’aller/retour je m’y colle moi aussi et change de conducteur. Je file avec une moto/taxi au distributeur le plus près et pile au moment où je reviens c’est à notre tour de présenter les documents pour faire le passeport. Ouf !

Sauf qu’à ce moment là on apprend que les visa ne sont pas délivrés de suite et qu’il faudra encore attendre 3 jours pour les avoir. Et comme on a de la chance ça tombe pendant un week end alors pour nous le délai sera de 5 jours ! Un peu dégoutés on décide de changer nos plans histoire de ne pas passer 5 jours de plus à Phnom Penh.

On file donc réserver des tickets de bus pour le lendemain et on part rejoindre Paul (qui avait du nous quitter ce jour là pour Kampot car son voyage se terminait avant le notre) à Kampot. On est super contents de se retrouver et on passe toute la journée du lendemain ensemble. On décide de louer des scooter et d’aller passer la journée à Kep. Le patron Français d’une guesthouse qu’on nous avait recommandée nous indique un itinéraire à suivre entre plage, marais salants et plantations de poivre qui va nous occuper toute l’après midi. Avant de se mettre en route on fait une pause au Marché aux Crabes (Kep est reconnue pour ses fameux crabes) où on peut choisir son poisson tout frais et se le faire cuisiner pour manger sur place.

IMG_1975IMG_1977

 

 

 

 

 

 

 

On y rencontre Eilis, une écossaise d’une quarantaine d’années qui voyage seule. On lui propose donc de se joindre à nous pour manger et pour la balade de l’après midi ! Nous voilà donc tous partis sur ces routes dignes du Paris/Dakar au milieu de paysages fantastiques. On croise des gens super sympa, des enfants qui nous font plein de coucou, des buffles qui nous regardent de travers et enfin on finit par échapper à l’orage mais pas à la grosse averse !

IMG_2112Le soir même si on est un peu rincés on se fait tout beaux, on va manger tous ensemble et on finit dans un café qui fait concert live le vendredi soir. On passe donc notre dernière soirée avec Paul et Eilis à danser et à bien rigoler !

Le lendemain, après avoir laissé Paul et Eilis nous partons pour Kep où nous logerons pendant deux nuits avant de retourner à Phnom Penh chercher nos visas indiens.

IMG_1993Deuxième journée à Kep on loue de nouveau un scooter, le gérant de la guesthouse nous montre un autre itinéraire et nous partons à la journée nous balader au milieu des rizières, des marais salants (où nous achetons le sel directement au producteur…plus frais on ne peut pas !), des buffles… C’est d’ailleurs ce jour là que David m’a donné ma première leçon de conduite de scooter. J’ai donc réussi à faire quelques mètres toute seule sur un chemin de terre plus que défoncé sans me casser la figure !

IMG_2190Après ce petit test qui m’a rendue très fière de moi j’ai quand même repassé le volant à David qui a bien plus l’habitude de conduire ce genre d’engins et qui est surtout beaucoup plus apte à conduire sur ce genre de « routes ». Moi ça me va, pendant qu’il conduit je peux admirer tranquillement le paysage et prendre les photos !

IMG_2182IMG_2175On a juste le temps de profiter une dernière fois de la plage, assister à un énième coucher de soleil et il faut déjà repartir à Phnom Penh rechercher nos visas. On part de Kep avec un pincement au cœur car on y serait bien resté plus longtemps…beaucoup plus longtemps. Nos amis Marie et Romain qui y avaient déjà séjourné lors d’un voyage nous avaient vivement recommandé le lieu, on comprend maintenant pourquoi !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s