L’arrivée au pays de la moustache!

Comme vous avez pu le remarquer, ces derniers temps j’ai ris un peu de retard dans le récit de notre voyage. Si ça vous convient je vais donc reprendre le récit en Inde (là où nous venons d’arriver) et revenir plus tard sur le Cambodge et le Vietnam.

Nous sommes donc le lundi 28 Avril et nous partons cet après midi pour l’Inde.

En attendant l'avion

En attendant l’avion

Dernier repas Thaï

Dernier repas Thaï

 

Notre programme durant ce prochain mois sera de rester deux semaines à Bombay afin d’aider une association : L’AFIPE, Association Franco-Indienne pour l’éducation puis prendre le temps pendant les deux dernières semaines de visiter un peu la région du Rajasthan avec pour étape finale New-Delhi.

 

L’AFIPE : http://afipe2004.wix.com/afipe#!

Le but de cette association est de s’occuper des fillettes du bidonville de Malad-Bombay en leur trouvant des « parrains et marraines » qui les aident à financer leurs études afin d’avoir une chance un jour de trouver un bon travail et sortir du bidonville.

A la période où nous arrivons, ce sont les vacances scolaires. Le but sera donc de s’occuper des fillettes et de les divertir une partie de la journée. Tous les matins nous préparerons des activités que nous leur proposerons l’après-midi.

Vous vous demandez certainement « Pourquoi uniquement les filles? »… la réponse est très simple. En Inde, les femmes sont beaucoup moins considérées que les hommes. Ils sont en général très machos et sont privilégiés dès le plus jeune age. Il est donc très important de s’occuper des filles exclusivement afin de leur permettre à elles aussi d’évoluer et d’avoir des meilleures chances dans la vie.

 

L’arrivée à l’aéroport se passe sans problèmes, on embarque à temps, bref tout va bien. L’avion est classe, on nous sert boissons à volonté, un repas qui est même plutôt bon (ce qui est assez rare dans les avions, il faut le dire!).

Le seul bémol vient de trois indiens sur excités derrière nous qui, quand même, parlent bien fort et nous empêchent de siester correctement! Quel scandale!héhé

Arrivés à Bombay, en sortant de l’avion, on sent directement la chaleur écrasante de cette ville démesurément grande et agitée. On est contents d’arriver bien que nous ressentions tout de même une certaine appréhension. On passe aux guichets de l’immigration afin qu’il vérifient nos visa et contrôlent un petit papier qu’on doit remplir dans l’avion avec quelques renseignements sur notre identité, les raisons de notre voyage en Inde, notre adresse sur place etc…

Seul hic, on ne connait pas l’adresse où on va résider ces prochaines semaines. Pierre, notre contact sur place s’étant chargé de nous trouver un logement mais nous ne savons pas où exactement. Comme il vient nous chercher à l’aéroport pas de soucis!

David avait juste écrit Bombay en adresse et à son guichet ça passe sans soucis, la femme contrôle à peine. Seulement le monsieur du guichet où je passe qui s’occupe de vérifier ce genre de papier ne voit pas ça du même œil. N’ayant rien noté, il me demande où je compte loger. Comme je ne sais pas je lui répond que notre ami nous attend et qu’il nous emmène chez lui. Mauvaise réponse! Mais qui est votre ami? Mais il vit où? Comment ça se fait que vous ne sachiez pas où vous logez? Nous avons absolument besoin d’une adresse! Avez vous son numéro de téléphone que nous puissions le contacter?

Je lui propose donc de trouver notre contact et de lui demander mais c’est trop simple! Et si on ne le trouve pas comment on fait? Je lui suggère donc de mettre sur la fiche que je loge au Bombay Hôtel et on n’en parle plus…ça ne le convainc pas. Il nous emmène donc gentillement vers le bureau de l’immigration afin de régler ce problème de grande importance! Plusieurs personnes défilent dans le bureau et à chaque fois c’est reparti pour les mêmes questions…Que faites vous ici? Comment s’appelle votre contact? Pourquoi n’avez vous pas son téléphone? Pourquoi ne connaissez vous pas l’adresse? Comment le contactez vous? …Un vrai sketch!

Non mais on rêve…même en Australie ou Nouvelle-Zélande ils n’ont pas été aussi relou!

On leur répète 20 fois que notre ami nous attend à la sortie avec un drapeau Français et que lui saurait les renseigner. Il aura donc fallu 3/4 d’heure de questionnements et d’attente pour qu’enfin une femme arrive dans le bureau et ait l’idée d’aller demander à notre contact l’adresse où nous logeons! Bref je ne m’étendrai pas sur le sujet mais je n’en pense pas moins….

Toujours utile qu’ils ont été très sympa et courtois. On a commencé à s’inquiéter quand on a rencontré un Indien qui vivait depuis 10 ans en Australie qui nous a dit qu’il attendait dans ce bureau depuis 13h (il était à ce moment là 18h). Le seul conseil qu’il nous aura donné est d’être patients et de rester détendus…tu m’étonnes! Sauf qu’au plus le temps passait au plus on avait peur que notre contact ne nous attende pas ou croit que nous avions manqué l’avion…et dans ce cas on n’aurait vraiment pas eu d’endroit où loger. Mais finalement, grâce à cette femme on a pu récupérer notre adresse et nos bagages! Ouf!

Nous voilà donc bel et bien arrivés à Bombay. Pierre un monsieur de 80 ans bien tassés nous attend affectivement avec une pancarte du drapeau français et nous voilà partis avec son chauffeur direction « la maison ». Il vit dans une petite maison qu’il loue. Le propriétaire se garde normalement une pièce en rez-de-chaussée qu’il a bien voulu nous louer à prix d’or pour les deux semaines que nous passerons ici.

Quelle n’a pas été notre surprise au moment de la découverte des lieux…! Notre chambre est donc une pièce sombre, aux murs écaillés mais joliment décorés de petites crottes de geckos (petit lézard). Notre lit est un semblant de matelas plus vraiment neuf à même le sol, les draps sont propres même si quelques tâches persistent. Les seuls qui se réjouissent sont les moustiques qui ne tarderont pas à faire de nous un vrai vrai festin!

Notre nouvelle chambrette

Notre nouvelle chambrette

En ce qui concerne notre salle de bain privative, mis à part le fait qu’elle n’ait pas vu la couleur de l’eau depuis bien longtemps je ne comprenais pas pourquoi il y avait une grande bassine et une cruche sous un robinet … j’en ai vite compris l’intérêt lorsque j’ai vu que rien ne coulait du pommeau de douche!

Pour contraster avec tout ça notre accueil a vraiment été chaleureux. Le soir nous avons pris le repas avec Pierre et deux filles (maintenant étudiantes) qui vivent chez lui : Suvarta et Madina.

Au menu pour les Français: Poulet et petits pois suivi d’une glace au chocolat et du rosé bien frais! On s’est régalés!

Après une bonne nuit de sommeil…(mais non je rigole!) disons plutôt après une nuit à chasser les moustiques et à étouffer sous les draps censés nous protéger, nous partons au petit matin faire des courses. Quand Pierre nous a dit qu’il nous emmenait dans un supermarché qui ressemblait un peu à carrefour et où on trouvait de tout une flamme s’est rallumée en moi! Je vais enfin pouvoir cuisiner, trouver plein d’ingrédients et choisir différents produits. Ca fait rire David de me voir toute excitée à l’idée de retrouver un vrai supermarché comme on n’en n’a pas vu depuis des mois! Une fois de plus j’ai été trop optimiste… le « supermarché » ressemblait en fait plus à « chez Aziz » au coin de la rue qu’à Auchan Grande-Synthe. Imaginez une fois de plus ma tête en voyant ça…décomposition! De plus, le choix de produits non avariés étant plutôt limité, on s’est contentés de pâtes, riz, légumes et ketchup! Trois tomates, deux carottes et un poivron plus tard nous voilà en route pour une première visite du bidonville.

J’avoue que je commence u peu à stresser.J’ai peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas supporter ce que je vais y voir ou y sentir mais bon maintenant qu’on s’est engagés on va aller jusqu’au bout!

Entrée du bidonville de Madar

Entrée du bidonville de Madar

La première chose que l’on remarque est la saleté des lieux. Lorsqu’il n’y a pas de ramassage des ordures d’organisé comment voulez vous faire? Alors ça traine un peu partout. On marche au milieu des détritus, des cochons, des biquettes, on enjambe des « rigoles d’évacuation » de liquides en tout genre et on prie pour que sa tongue ne glisse pas!

Ici aussi on est super bien accueilli. Les adultes nous sourient et les enfants courent de partout pour nous dire bonjour. Les « hello didi » (bonjour tantine) et « hello uncle » (bonjour tonton) fusent de toutes part. On ne sait plus où donner de la tête, on sert plein de mains et on ne fait que répéter nos prénoms car la grande question est « what’s your name? ». Pour David pas de soucis, avec la prononciation anglaise ils connaissent. Par contre Elodie c’est plus compliqué à prononcer donc ça sera « elo like hello ». Ça les fait rire et c’est plus simple!

On découvre ensuite le « local » où on fera les activités avec les fillettes. Des semblant de marches construites en pierre nous mènent à une pièce sans toit ni porte avec des moitiés de murs…heureusement à partir du début d’après-midi une partie du local est à l’ombre donc ça sera moins pénible que sous le soleil de plomb.

Quelques filles dans le local

Quelques filles dans le local

Les premières filles arrivent (mais aussi de nombreux garçons bien curieux de savoir ce qui va se passer dans ces lieux). Elles sont une dizaine et cet après-midi on leur proposera du coloriage. Pierre a imprimé des dessins sur une feuille qu’elles n’auront plus qu’a colorer à leur guise. Opération réussie!

Le lendemain c’est coloriage et origami: on apprend à faire des cocottes! Nouveau succès et 15 filles de plus!

Par contre il va nous falloir beaucoup d’imagination car tenir 15 jours avec du papier, des coloriages, des feutres et des pastels pour seuls outils en essayant de divertir des filles de 3 à 11 ans c’est un peu compliqué! Le mode « Centre Aéré » à 30 enfants dans 12/15m2 au milieu du bidonville sans les aides du Conseil Général c’est pas la même chose!

Mais bon pour l’instant les filles semblent bien s’amuser et nous on passe de bons moments avec elles donc ça atténue le côté pesant d’être au milieu d’un bidonville. Ce qui fait également plaisir est l’implication des maman qui viennent régulièrement voir ce qui se passe, proposent de nettoyer le local, nous invitent à prendre le thé et nous sourient constamment.

Ce qui est surprenant c’est que même au milieu de cet environnement si peu propice à l’ordre et à la pureté ces femmes sont toujours d’une propreté irréprochable et magnifiquement apprêtées. Moi je veux leur secret! A chaque fois qu’on revient de là bas je me sens toute poussiéreuse, ça me picotte de partout et je ne rêve que de ma douche (même celle avec le pichet!).

Ce soir, pour notre quatrième soirée à Bombay, Suvarta a décidé de nous préparer un poulet Massala. Je suis la préparation avec attention (vous trouverez la recette d’ici peu dans la rubrique « recette » du blog) pour que vous puissiez vous aussi en profiter et la refaire chez vous! Vous verrez c’est délicieux!

Notre chef en action!

Notre chef en action!

Après ce long récit de notre arrivé, je vous laisse car on a des papillons à préparer pour l’activité de demain!

Une volée de papillons en papiers

Une volée de papillons en papiers

David en plein travail

David en plein travail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ps: le titre vient du fait que la première chose qui m’a marqué en arrivant en Inde est le port de la moustache quasi obligatoire pour les hommes. Autant chez nous le port de la moustache n’est pas ce qui a de plus tendance (bien que…) autant ici c’est carrément un incontournable. Même dans leurs clips musicaux super tendance à la télé les petits « minets » l’arborent fièrement…comme quoi il faut de tout pour faire un monde!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s